bilan livres
Dévoreuse de Livres

J’ai lu #2

On se donne rendez-vous aujourd’hui pour un petit bilan livresque. Le 2ème depuis la création de ce blog. Je vous avoue que je lis moins qu’avant. Est-ce le temps qui me manque ? Il est vrai que depuis le blog, j’ai moins de temps à consacrer à la lecture mais c’est normal :-). Il n’y a que 24h dans une journée et il faut dormir aussi. Aussi, j’adore lire avant de m’endormir mais ces temps-ci, je lis 3 pages et Morphée m’appelle déjà 😀 ! comment voulez-vous ?

Enfin bref ! Dans ce bilan, 4 livres, 4 pépites que je me fais une joie de vous partager. Il y a de l’amour, de l’amitié, de l’histoire, du vrai, de la vérité, du féminisme, de l’ADN, de la science fiction et du suspens 😉 !

Bonne lecture !

La délicatesse du homard de Laure Manel

François, directeur d’un centre équestre en Bretagne, découvre, lors d’une promenade à cheval sur la plage, une jeune femme inconsciente au pied d’un rocher. Plutôt que d’appeler les secours, il décide sans trop savoir pourquoi de la ramener chez lui pour la soigner. À son réveil, l’inconnue paraît en bonne santé, mais peu encline à parler. Elle dit s’appeler Elsa mais refuse de répondre à ses questions. Commence alors entre le célibataire endurci et cette âme à vif une étrange cohabitation, où chacun se dévoile peu à peu à l’autre sans pour autant totalement révéler les secrets qui le rongent. Et même si le duo en s’apprivoisant s’apaise, leur carapace peine à se fendre…
Qui est Elsa et quelle vie est-elle en train de fuir  ?

Mon avis

Malgré certains passages tristes et plutôt répétitifs, j’ai adoré cette histoire, surtout la fin. On plonge au cœur des pensées de François et d’Elsa, tout deux passés par la dépression et le drame mais également par la reconstruction et le renouveau. Ces personnages nous apprennent à oser, à lâcher prise, à voir le positif et à profiter du moment présent.

“Ce que je veux dire, c’est qu’à toujours réfléchir, se poser des questions, se torturer l’esprit, on n’avance pas, on n’entreprend rien. Il faut laisser le risque entrer dans sa vie ou saisir la chance au vol, c’est la même idée. Je crois foncièrement que la vie est mouvement et qu’il ne faut pas toujours chercher à figer, nommer, définir les choses.”

Laure Manel dans La Délicatesse du Homard

J’ai également aimé être immergée dans le décor de ce roman : la Bretagne avec ses plages, ses villages et ses petites îles.

Suite Française D’Irène Nemirovsky

Écrit dans le feu de l’Histoire, Suite française dépeint presque en direct l’exode de juin 1940, qui brassa dans un désordre tragique des familles françaises de toute sorte, des plus huppées aux plus modestes. Avec bonheur, Irène Némirovsky traque les innombrables petites lâchetés et les fragiles élans de solidarité d’une population en déroute. Cocottes larguées par leur amant, grands bourgeois dégoûtés par la populace, blessés abandonnés dans des fermes engorgent les routes de France bombardées au hasard… Peu à peu l’ennemi prend possession d’un pays inerte et apeuré. Comme tant d’autres, le village de Bussy est alors contraint d’accueillir des troupes allemandes. Exacerbées par la présence de l’occupant, les tensions sociales et les frustrations des habitants se réveillent…
Roman bouleversant, intimiste, implacable, dévoilant avec une extraordinaire lucidité l’âme de chaque Français pendant l’Occupation, enrichi de notes et de la correspondance d’Irène Némirovsky, Suite française ressuscite d’une plume brillante et intuitive un pan à vif de notre mémoire.

Mon avis

Ce fut pour moi une véritable expérience de lire “Suite Française”. C’était la première fois que je lisais un livre écrit dans les années 40 et surtout la première fois que je lisais un livre en étant consciente du contexte dans lequel il a été écrit. Irène Némirovsky était d’origine russe et juive et a été déportée et tuée en août 1942. Tempête de juin et Dolce (publié ensemble sous le nom de “Suite Française ” en 2004) sont ses dernières œuvres. Elle voulait, comme le témoignent ses notes à la fin du livre, en faire une série de 5 livres mais elle n’a eu le temps que d’en écrire les 2 premiers tomes.

Ce qui m’a le plus émue est que ce manuscrit ait une véritable histoire. Il est resté dans la valise de ses filles âgées de 5 et 10 ans pendant toute leur cavale. Elles l’ont précieusement gardé pour la mémoire de leur mère et la postérité.

En ce qui concerne le récit, il dépeint le quotidien des français pendant l’occupation : la haine des allemands pour certains, l’attirance amoureuse pour d’autres, la panique à l’annonce de la défaite de l’armée française, …

Une véritable histoire comme je les aime

Âmes sœurs de John Marrs

Un simple test ADN suffit désormais pour trouver celui ou celle qui partage avec vous “le” gène, celui qui indique que vous êtes faits l’un pour l’autre. Dans le monde entier, des millions d’individus s’y soumettent. Parmi eux, Jade, Mandy, Nick, Christopher et Ellie. Chacun croit avoir enfin trouvé son Binôme ADN, le grand amour qui l’accompagnera pour le reste de ses jours. Sans se douter qu’une piège vient de se refermer sur eux et que, pour certains, la fin arrivera beaucoup plus vite que prévu. Car même les âmes soeurs ont leurs secrets. Et ils peuvent se révéler mortels.

Mon avis

Un livre d’un tout autre genre m’a été envoyé par le Ptit colli : un mélange entre le thriller psychologique et la science fiction, entre l’amour et la science. Il tient en haleine de la première page à la dernière. Les personnages principaux sont tous différents et cela ajoute une forte diversité au récit. Les chapitres sont courts et sont chacun dédiés à un des personnages qui n’ont d’ailleurs aucun lien entre eux.

Je trouve aussi qu’il incite à réfléchir. Et si dans la vie réelle, un tel gène serait découvert ? Est-ce-que je passerais le test ? Je ne pense pas et vous ?. Par contre, il pourrait s’avérer utile à beaucoup de personnes mais causerait certainement beaucoup de souffrances à d’autres. Vaut mieux trouver l’amour par soi-même mais ce n’est que mon avis 🙂

L’invention des ailes de Sue Monk Kidd

Caroline du Sud, 1803. Fille d’une riche famille de Charleston, Sarah Grimké sait dès le plus jeune âge qu’elle veut faire de grandes choses dans sa vie. Lorsque pour ses onze ans sa mère lui offre la petite Handful comme esclave personnelle, Sarah se dresse contre les horribles pratiques de telles servilité et inégalité, convictions qu’elle va nourrir tout au long de sa vie. Mais les limites imposées aux femmes écrasent ses ambitions.
Une belle amitié naît entre les deux fillettes, Sarah et Handful, qui aspirent toutes deux à s’échapper de l’enceinte étouffante de la maison Grimké. À travers les années, à travers de nombreux obstacles, elles deviennent des jeunes femmes avides de liberté et d’indépendance, qui se battent pour affirmer leur droit de vivre et se faire une place dans le monde.
Une superbe ode à l’espoir et à l’audace, les destins entrecroisés de deux personnages inoubliables !

Mon avis

L’auteure m’a complètement emmenée dans l’univers des USA du 19ème siècle qui n’est d’ailleurs pas la plus joyeuse des périodes pour ce pays. Elle y mêle amour, amitié, cruauté, famille et sacrifices.

Comme vous le savez, j’adore les récits historiques. Celui-ci est un mélange entre réalité et fiction car les sœurs Grimké ont réellement existé et ce qu’elles ont accomplis aussi :-). J’admire Sue Monk Kidd d’avoir mis en lumière ces personnages emblématiques de l’abolitionnisme et du féminisme. Pourquoi, nous les femmes, ne pouvions-nous pas dire notre façon de penser ? Pourquoi, avant, cela était inimaginable ? Les sœurs Grimké ont fait en sorte que cela le soit. Elles ont osé, parlé, agit et se sont battues contre tout ce qu’elles trouvaient inadmissibles comme l’esclavage et le sexisme. Merci à elles !

Et vous ? Qu’avez-vous lu dernièrement ? 🙂

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *